sépulcre


sépulcre

sépulcre [ sepylkr ] n. m.
• fin Xe; lat. sepulcrum
Littér. Tombeau. Le Saint Sépulcre : le tombeau du Christ à Jérusalem. — Allus. bibl. « Scribes et pharisiens hypocrites, qui êtes semblables à des sépulcres blanchis » ( ÉVANGILE saint Matthieu), qui avez de beaux dehors, tandis que votre âme est corrompue.

sépulcre nom masculin (latin sepulcrum, de sepelire, ensevelir) Littéraire. Monument consacré à la sépulture d'un ou de plusieurs morts. Synonyme de saint-sépulcre. Autel où l'on conserve le saint sacrement le soir du jeudi saint. ● sépulcre (citations) nom masculin (latin sepulcrum, de sepelire, ensevelir) Bible Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis : au-dehors ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d'ossements de morts et de toute pourriture. Évangile selon saint Matthieu, XXIII, 27 sépulcre (synonymes) nom masculin (latin sepulcrum, de sepelire, ensevelir) Littéraire. Monument consacré à la sépulture d'un ou de plusieurs morts.
Synonymes :
- mausolée
- sépulture
Synonymes :
- saint-sépulcre

sépulcre
n. m. Litt. Tombeau.
|| Le Saint-Sépulcre.

⇒SÉPULCRE, subst. masc.
A. — Tombeau, monument funéraire où est déposé le corps d'un mort, généralement illustre.
1. HIST. ANC. En remontant la vallée de Josaphat, je passe auprès du sépulcre d'Absalon (LAMART., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 36). Le voyageur (...) trouve dans les sables (...) un sépulcre mystérieux, qui est le sépulcre de Rhamsès V (HUGO, Rhin, 1842, p. 170).
Saint-Sépulcre, p. ell., Sépulcre. Tombeau du Christ à Jérusalem. Il partait sans avoir pu délivrer le Saint-Sépulcre (GROUSSET, Croisades, 1939, p. 281).
Ordre du Saint-Sépulcre. Congrégation religieuse créée en 1099 par Godefroi de Bouillon pour la garde du tombeau du Christ et qui aujourd'hui entretient de nombreuses œuvres charitables en Terre sainte. (Dict. XIXe et XXe s.).
2. Monument funéraire imposant et somptueux où repose le corps d'un personnage important. Synon. mausolée. La Venise patricienne toute parée, comme Inès de Castro dans son sépulcre (QUINET, All. et Ital., 1836, p. 151).
3. Littér. Tombe, tombeau. Près du sépulcre à son père creusé, Pour la dernière fois le corps fut déposé (LAMART., Jocelyn, 1836, p. 770).
4. [P. allus. à la parole du Christ (Matt. XXIII, 27) montrant les Pharisiens comme des pratiquants de rite et non de cœur] Sépulcre blanchi. Hypocrite, homme d'apparence, de faux semblants. Ce ne sont pas ces menteurs et ces adultères, ces sépulcres blanchis, ces méchants qui vont avoir à porter un jugement sur la vie de Paulina Pandolfini! (JOUVE, Paulina, 1925, p. 140).
B. — P. anal. Construction imposante, froide et inquiétante. Repassant devant la grille [du château], que voyait Ida? Une demeure énorme, sépulcre démesuré d'une cuisine et de trois réduits (ESTAUNIÉ, Mme Clapain, 1932, p. 199).
C. — P. méton., poét. [Pour désigner la Mort] Je pense au sépulcre, à la résurrection, à la sanctification, à la justice, à la rédemption (Théol. cath. t. 14, 1 1939, p. 488).
Descendre, entrer au sépulcre. Mourir. Il fallait qu'elle pérît, qu'elle entrât au sépulcre, pour que son vivant esprit se répandît dans le monde (MICHELET, Peuple, 1846, p. 343).
De sépulcre. Qui fait songer au sépulcre, à la mort. Synon. sépulcral. Odeur de sépulcre. Avec sa voix de sépulcre (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 335). Une lueur de sépulcre (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, 6e tabl., II, p. 232).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: se-; dep. 1740: sé-. Étymol. et Hist. 1. Fin Xe s. « tombeau » (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 324: Cum de Jesu l'anma'n anet [...] sepulcra sanz obrirent mult); 1130-40 spéc. désigne le tombeau où fut déposé le corps du Christ (WACE, Conception N.-D., éd. W. R. Ashford, 1269); ca 1140 id. objet de vénération (Voyage de Charlemagne, éd. G. Favati, 70: la Croiz et le Sepulcre voil aler aürer); 2. 1643 fig. (CORNEILLE, Pompée, I, 1: que notre Égypte [...] Serve à sa liberté de sépulcre ou d'appui). Empr. au lat. sepulcrum « tombe, sépulcre ». Fréq. abs. littér.:746. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 1 674, b) 1 651; XXe s.: a) 1 017, b) 246.

sépulcre [sepylkʀ] n. m.
ÉTYM. Déb. XIIe; sepulcra, v. 980, Passion du Christ, en parlant du tombeau du Christ, extension de sens au XVIe; lat. sepulcrum.
1 Tombeau.REM. Ne se dit, en dehors du style noble, que des tombeaux chez les anciens, et du tombeau du Christ. || Le sépulcre de Notre-Seigneur, le Saint-Sépulcre (→ Infester, cit. 1). || Ordre du Saint-Sépulcre : ordre de chevalerie, hospitalier et militaire (sous l'autorité du Père Gardien du tombeau du Christ, puis du Patriarche de Jérusalem, et enfin de la Papauté). || Sépulcres des pharaons (→ Entrée, cit. 21; monument, cit. 5). Monument (funéraire). || Les catacombes (cit. 1) et leurs sépulcres. || Sépulcre d'un prince (→ Guerroyer, cit. 1). — ☑ Allus. bibl. Sépulcres blanchis (Évangile selon saint Matthieu, XXIII, 27).
1 C'est là, dans le caveau des capucins, que Marie-Thérèse, pendant trente années, entendait la messe en présence même du sépulcre qu'elle avait fait préparer pour elle, à côté de son époux.
Mme de Staël, De l'Allemagne, I, VII.
2 Il est bon d'aiguiser les stylets sur des tombes.
Pourtant c'est jouer gros. La tête est de l'enjeu,
Messieurs les assassins ! et nous verrons. — Pardieu !
Ils font bien de choisir pour une telle affaire
Un sépulcre, — ils auront moins de chemin à faire.
Hugo, Hernani, IV, 1.
2 (1642). Par métaphore ou fig. Lieu abandonné où sont conservés des vestiges anciens.(Concret). Lieu sombre, froid et humide. || Un véritable sépulcre (→ Humide, cit. 6; et aussi étude, cit. 6).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sepulcre — SEPULCRE. s. m. Tombeau, monument, lieu particulier destiné pour y mettre un corps mort. Sepulcre souterrain, sepulcre orné d architecture, sepulcre magnifique, sepulcre taillé dans le roc. bastir, creuser un sepulcre. le sepulcre de Nostre… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • sepulcre — m. sépulcre …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • sépulcre — (sé pul kr ) s. m. 1°   Tombeau, en parlant des anciens. Les sépulcres de l Egypte.    Le saint sépulcre, le sépulcre où Jésus Christ fut déposé après sa mort.    Le Saint Sépulcre, nom d une église à Jérusalem contenant, à ce qu on croit, le… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Sépulcre — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Sépulcre », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Un sépulcre est un tombeau, en parlant des… …   Wikipédia en Français

  • SÉPULCRE — s. m. Tombeau, monument, lieu particulier destiné pour y mettre un corps mort. Il ne se dit plus, dans le style ordinaire, que pour signifier Les tombeaux des anciens. Sépulcre souterrain. Sépulcre orné d architecture. Sépulcre magnifique.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SÉPULCRE — n. m. Tombeau, monument, lieu destiné pour y mettre un mort. Il ne se dit plus, dans le style ordinaire, que pour désigner les Tombeaux des anciens. Sépulcre souterrain. Sépulcre taillé dans le roc. Bâtir, creuser un sépulcre. Le sépulcre de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • sepulcre — se|pul|cre Mot Pla Nom masculí …   Diccionari Català-Català

  • sépulcre — nm. => Tombe …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Sepulcre de Saint-Mihiel — Sépulcre de Saint Mihiel Le Sépulcre de Saint Mihiel est un chef d œuvre du sculpteur lorrain Ligier Richier (vers 1500 1567), que l on peut voir en l église Saint Étienne de Saint Mihiel. Son intérêt artistique est tel qu il apparait sur la… …   Wikipédia en Français

  • Sépulcre de Saint-Mihiel — Église Saint Etienne de Saint Mihiel : La Mise au tombeau de Ligier Richier Le Sépulcre de Saint Mihiel est un groupe sculpté conservé en l église Saint Étienne de Saint Mihiel, réalisé au XVIe siècle par le sculpteur lorrain Ligier… …   Wikipédia en Français